Cétacés de Capbreton : le bilan estival

Dans le Gouf, un peuplement de cétacés divers et abondant

Malgré des conditions météorologiques plutôt défavorables cet été, le Groupe de Recherche sur les Cétacés a réalisé 88 observations de cétacés entre le 17 juillet et le 21 août, depuis Capbreton. Les prospections se sont déroulées avec un équipage de quatre ou cinq personnes et ont permis de parcourir plus de 800 milles avec des conditions d’observations variables.

L’activité scientifique à bord nécessite une météo correcte et des équipiers qualifiés

Les observations obtenues, en moyenne 5 par jour, ont porté sur 6 espèces de cétacés : par ordre de fréquence, le Dauphin commun (53 observations), le Dauphin bleu et blanc (15 obs.), le Ziphius (12 obs.), le Grand dauphin (4 obs.), le Cachalot commun (2 obs.) et les Mésoplodons (2 obs.).

Le Ziphius : à notre avis l’espèce emblématique du Gouf

La plupart des espèces ont été observées dans les parties orientales et centrales du Gouf, les Mésoplodons étant vus seulement sur la partie la plus profonde. Le Grand dauphin et le Dauphin commun ont été observés à la fois sur le plateau continental et dans le Gouf de Capbreton lui-même.

Le Dauphin commun est plus abondant que le Dauphin bleu et blanc, sur l’ensemble du Gouf, jusqu’à 30 milles de Capbreton

A l’issue de cette prospection estivale, le Gouf de Capbreton apparait comme la région la plus riche en cétacés de la façade atlantique, à moins de 50 milles des côtes françaises. A ce stade le peuplement estival nous semble caractérisé par trois traits principaux :

Une image de la diversité des cétacés observés par le GREC (à droite les plongeurs profonds)
Une image de la diversité des cétacés observés par le GREC (à droite les plongeurs profonds)
  • une diversité élevée d’odontocètes de trois familles : delphinidés, ziphiidés et physéteridés,
  • une forte abondance de ziphiidés (baleines à bec), en particulier de Ziphius de Cuvier,
  • une forte présence de Dauphins communs.

Ces premiers résultats encouragent le GREC à poursuivre son étude du Gouf de Capbreton, d’autant que cette région marine ne bénéficie d’aucun statut particulier de protection malgré une diversité et une abondance de cétacés évidentes. Nos contacts locaux avec des entités régionales diverses suggèrent qu’un effort scientifique prolongé serait bienvenu.

Alexandre et cetaces.org