Groupe de REcherche sur les Cétacés
Formation d'observateurs
Protection des cétacés
MENU
» GREC » Autre actualité » Des Orques et des sonars

Des Orques et des sonars

Écrit le 20/12/2019 dans Autre actualité - Mis à jour le 22/12/2019

2003, Odyssée du Shoup

Lorsque le commandant de l’USS Shoup, un destroyer de la classe Arleigh Burke (le DDG 86), allume son sonar SQS-53C le 5 mai 2003 à 10h40, il ne se doute pas que la notoriété de son navire s’étendra au delà des limites de l’US Navy : il effectue un entraînement réglementaire de détection d’objets divers dans une zone marine confinée, après avoir appareillé de sa base à 8h33.

Paysages magnifiques et vie marine exubérante : la zone d’entraînement du Shoup

Entre la base navale de Everett (Etat de Washington), l’île de Vancouver et le continent nord-américain se trouve une riche étendue marine et des archipels mondialement connus pour abriter une communauté dense de phoques et de cétacés : le Marsouin commun, le Marsouin de Dall, le petit Rorqual, ainsi que bien sûr les Orques, en particulier celles de la communauté résidente du sud, une des plus étudiées du monde.

En bas à gauche, le détroit Juan de Fuca, l’archipel San Juan un peu à droite

Le Shoup déboule dans le détroit Haro (entre l’île de San Juan et l’île de Vancouver) à la vitesse de 18 nœuds, avec son sonar à la puissance nominale (SL) de 235 dB émettant un ‘ping’ toutes les 25 secondes.

Des Orques près de l’île San Juan, en août 2005

La mer est calme et la visibilité excellente ; six bateaux de whale watching se trouvent dans les environs d’Orques, le pod J.

Le trajet du Shoup et celui du pod d’Orques le 5 mai 2003

Vers 14h34, la position la plus proche entre le Shoup et le groupe d’orques est de 2,5 km. A 14h34, le niveau reçu a par la suite été modélisé à 171 dB pendant 2 secondes, par le Naval Research Laboratory. Les niveaux reçus par les orques ont été estimés entre 121 et 175 dB pendant les quatre heures de transmission du sonar. Le Shoup arrête ses transmissions sonar à 14h38, à la suite d’un échange radio avec la station de Victoria, informée par des scientifiques de comportements anormaux des animaux.

Pour déterminer si le comportement d’un groupe d’Orques est anormal , vaut-il mieux être un scientifique paramilitaire ou un cétologue spécialiste ?

Les Dr R. Osborne, D. Bain et Kenneth Balcomb ont en effet observé des comportements ‘extrêmement inhabituels’ des Orques, la présence de bateaux touristiques pouvant également perturber les cétacés.

Un rapport qui conclut à des événements non liés à l’Odyssée du Shoup

C’est d’ailleurs ce que souligneront les scientifiques experts réunis par l’US Navy pour analyser les enregistrements vidéos. L’US Navy conclura donc que les Orques (espèce protégée) n’ont pas été perturbées par les opérations du Shoup.

Deux marsouins affairés à chasser dans les eaux de l’archipel

De même d’ailleurs que les 15 marsouins échoués dans la quinzaine suivante ne furent pas catalogués comme ‘série anormale’.

Une série d’échouages ‘normale’ pour l’US Navy

Ce n’est que trois années plus tard que les expériences en Norvège montrèrent qu’en fait les niveaux sonores reçus par les Orques avaient bel et bien fortement perturbé les cétacés. Et cet événement fut, parait-il, utilisé comme ‘point expérimental’ pour améliorer les procédures de prévision de la Navy.

Les ‘Southern Resident Killer Whales’ sont en déclin continu, subissant un cocktail d’effets anthropiques

Ne ratez pas l’épilogue de la série ‘Des orques et des sonars’ !

Alexandre et cetaces.org


Actualité

Soutenir le GREC



[an error occurred while processing this directive]