Le Grec - Groupe de recherche sur les cétacés
Association 1901, Recherche sur les cétacés, Formation d'observateurs, Protection des cétacés.

Fil conducteur : GREC » Les Cétacés du monde » Cétacés de Méditerranée » Le globicéphale noir (Globice…

Le globicéphale noir (Globicephala melas, Traill 1809)

Globicéphales en voyage

Vers la fiche d’identification

Le globicéphale noir est un delphinidé sans rostre, dont la taille atteint 6 mètres pour le mâle et moins de 5 mètres pour la femelle, avec un poids maximal de 3 tonnes environ pour le mâle. L’espèce est répandue dans les océans du monde, mais dans le nord du Pacifique et de l’Océan Indien c’est l’espèce Globicephala macrorhynchus que l’on rencontre. Le globicéphale noir est un cétacé qui préfère en général les eaux froides. En Méditerranée elle paraît fréquenter surtout le bassin occidental, mais des mentions existent jusqu’en mer Egée.

Globicéphales en groupe

Grand groupe de globicéphales en Méditerranée

Le globicéphale se rencontre en groupes souvent assez nombreux d’entre 3 et 100 individus en Méditerranée, au large ou près du talus. Les données biologiques classiques mentionnent une gestation de 16 mois et une lactation de 22 mois en Atlantique nord.

Globicéphale bébé

Bébé globicéphale porté par son groupe

Aucune donnée ne vient préciser ces paramètres pour la Méditerranée, mais les observateurs mentionnent depuis longtemps la mise-bas et la présence de nouveaux-nés dans les troupes de globicéphales présentes en mer Ligure en juillet-août. On note alors la présence dans les grands groupes d’un ou plusieurs petits nourrissons (pigmentation grise, traces de contraction sur le corps, taille de 1,70 mètres environ).

Globicéphale nourrison

Nourrisson accompagné d’un globicéphale adulte

Les femelles sont accompagnées aussi de juvéniles âgés d’une année (2,50 mètres de longueur environ).

Globicéphale juvénile

Jeune globicéphale et sa mère

Le régime alimentaire semble majoritairement composé de céphalopodes (Histioteuthidés, Ommastrephidés). Le globicéphale noir est bien connu pour sonder profond (plus de 600 mètres mesuré avec des balises enregisitreuses): durant nos observations en pleine journée, nous n’observons pas de comportement de sonde, les animaux paraissant se reposer ou socialiser. Cependant, à la fin de l’après-midi ou en début de matinée, le comportement paraît tout à fait différent: nage active et sondes profondes signalent alors que le groupe de globicéphales est en train de chasser.

Globicéphale tête

Globicéphale en milieu d’après-midi

Nous avons noté un effectif moyen de 23 individus et nous observons deux modes au niveau de l’effectif des groupes: d’une part les très petits groupes (1 à 4 individus) et d’autre part les groupes assez importants de 11 à 30 individus (30,5% des cas). Un groupe d’une trentaine d’individus formé de différentes classes d’âge et de sexe (notamment nouveaux-nés, femelles adultes et gros mâles). Il est fréquemment entouré à quelques kilomètres de plusieurs petits groupes de 3 individus de taille homogène, sans doute de jeunes adultes de sexe masculin.

Globicéphale trois

Sous-groupe de trois globicéphales

Il arrive que plusieurs groupes familiaux de 20 à 40 individus soit peu éloignés l’un de l’autre. De ce fait, l’ensemble des animaux formerait la « tribu » complète, comptant 60 à plus de 100 individus, souvent dispersée sur une grande surface et parfois visible réunie.

Globicéphale deux

Globicéphales se préparent à partir en sonde de chasse

Le déplacement se fait souvent à faible vitesse, 1,5 nœuds en moyenne, mais nous notons parfois des groupes compacts se déplaçant à vitesse élevée, de l’ordre de 5 nœuds, dans une direction. Le cas de groupes assez importants presque immobiles en surface est typique de la pleine journée. L’activité est alors le repos, entrecoupé toutefois de phase de socialisation pendant lesquelles on peut assister à des accouplements: des individus entreprennent alors des sauts ou battent de la pectorale, ou exposent leur caudale à la surface.

Globicéphale souffle

Activité de voyage

La quête active de nourriture se traduit par une structure en petits groupes (2-3 animaux) dispersés sur une grande surface et des sondes excédant 5-10 minutes, et on entend alors parfaitement les clics d’écho-localisation des globicéphales.

Le globicéphale noir est très rare dans le nord du bassin entre novembre et mai, les éléments disponibles sont en faveur d’une migration pour des raisons alimentaires. L’été verrait les troupeaux profiter de ressources importantes en calmars dans le nord du bassin.

Globicéphales mâles

Deux globicéphales mâles

Pendant la saison froide, les animaux gagneraient des secteurs méridionaux, peut-être la mer Tyrrhénienne, ou l’est de la Méditerranée, voire même l’Atlantique (le globicéphale est fréquent en toutes saisons en mer d’Alboran). Les conditions environnementales sont peu susceptibles de provoquer à elles seules la migration des animaux.


Menu principal

Actualité

Soutenir le GREC