Le Grec - Groupe de recherche sur les cétacés
Association 1901, Recherche sur les cétacés, Formation d'observateurs, Protection des cétacés.

Fil conducteur : GREC » Carnets de cétologues » 1987, août : Qeqertarsuaq

1987, août : Qeqertarsuaq

Un point de vue Inuit

Nous étions passionnés de baleines, et nous voulions en voir… mais nous n’avions pas de bateau. Après avoir considéré notre pauvre documentation, une carte du monde, et nos économies, nous jetâmes notre dévolu sur le Groenland. A cette époque en effet, la compagnie Icelandair proposait des voyages aller et retour jusqu’au Groenland avec la possibilité de s’arrêter en Islande (ce qui nous valut de visiter les abattoirs à baleine de Kvalfjördur).

Un billet sur le cargo mixte Kununguak, qui faisait la navette le long de la côte ouest du Groenland nous permit d’accéder à l’île de Disko, dans le village de Qeqertarsuaq, où une vigie à baleine existait. En ce temps-là en effet, comme aujourd’hui, les Inuits bénéficiaient d’un quota de chasse aborigène (qui valait pour 50 Rorquals de Minke, de mémoire). Des scientifiques danois nous avaient dit qu’à Qeqertarsuaq, on pouvait voir les grands Rorquals communs. C’est ainsi que la vigie, pas en service, fut mise à profit pour accueillir deux naturalistes sans le sou.

Rorqual-commun Groenland 1987

Rorquals communs se nourrissant juste en contrebas de la vigie de Qeqertarsuaq

Outre un panorama inouï, au moins quand il faisait beau, la vigie nous permit d’observer le spectacle grandiose de plusieurs Rorquals communs qui se nourrissaient à la surface d’une mer rougie par le krill. Les baleines engouffraient l’eau et le krill après avoir pris leur élan sous la surface. Même si les journées étaient longues, ces scènes renouvelées de temps en temps suffisaient à nous réchauffer, et compensaient la maigreur de nos repas (la nourriture au Groenland était très chère).

Nos contacts avec la population Inuit locale furent caractérisés par la bienveillance: les allers et venues jusqu’à l’épicerie locale, quelques tentatives de baignade avec les familles dans une crique locale, une partie de pêche à l’invitation d’un des hommes du village: il prenait 20 poissons pendant que j’en attrapais un (et encore, pas de la bonne ‘sorte’), et buvait 10 bières pendant que j’en avalai la moitié d’une. Nous eûmes quand même du mal à élever notre point de vue, lorsque nous vîmes quelques chasseurs faire le coup de fusil sur des Rorquals, juste comme ça par jeu.

Alexandre Gannier et cetaces.org


Menu principal

Actualité

Soutenir le GREC