Groupe de REcherche sur les Cétacés
Formation d'observateurs
Protection des cétacés
MENU
» GREC » Non classé » Protéger la mer ? Et ta…

Protéger la mer ? Et ta soeur !

Écrit le 23/03/2020 dans Non classé - Mis à jour le 23/03/2020

A Antibes, la mer n’inspire pas la municipalité

Les élections de tout poil sont l’occasion de juger de la place de la protection de l’environnement et de la Nature dans l’offre politique. Antibes Juan-les-Pins, commune d’environ 80 000 habitants, dispose d’un ‘linéaire’ de littoral de plus de 20 km, et tire une bonne partie de sa prospérité économique du tourisme, bien évidemment orienté vers les loisirs de la plage et de la mer.

De la pointe Bacon au port du Croûton, le Cap d’Antibes a un potentiel de protection du milieu marin unique dans les Alpes Maritimes

Dans les faits, la protection de la mer est moins que symbolique dans la politique municipale, depuis toujours : aucune réserve naturelle marine, une animation purement formelle de la zone ‘Natura 2000’ en mer sans aucune substance réelle en matière d’action de protection. Côté information des publics, c’est un peu mieux, avec un ‘Espace Mer et Littoral’ vantant les fonds marins et l’eau cristalline du Cap d’Antibes.

La création d’une zone Natura 2000 en mer suscita, en un temps, des espoirs de protection active

Il faut être allé tremper son masque à Port-Cros pour imaginer ce que pourrait être l’habitat sous-marin du Cap d’Antibes, si des initiatives réelles de protection étaient prises. Quant à l’habitat des dauphins et des cachalots, tout proche du rivage, inculquer au public plaisancier les notions élémentaires de respect des cétacés serait déjà un pas significatif vers le respect des lois existantes.

« Encore raté la photo, tu peux pas nous remettre au milieu du groupe ? »

Dans l’offre politique de ces municipales, la mer et sa protection n’étaient présentes que dans une seule profession de foi, sur neuf listes se présentant au suffrage. Cette ‘petite liste’ n’aura pas d’élu pour faire valoir sa vision de la protection de la Nature en mer.

En matière de protection active, tout reste à faire, ou presque, au dessus et en dessous de la surface

A Antibes et Juan-les-Pins, on peut certes s’émerveiller sur les formidables réalisations de béton et de bitume que laisseront en héritage plusieurs générations d’élus de la commune. Mais on est obligé de regretter la vacuité des actions de protection du milieu marin.

Et pourtant, un potentiel énorme de protection du milieu existe, pour le bonheur de tous … même des pêcheurs (c’est prouvé ailleurs)

Et pourtant, contrairement aux premières, les secondes ne nécessitent que fort peu d’engagements budgétaires. Le temps n’est-il pas venu de corriger un peu le tir en engageant une politique de protection du milieu marin ?

Nouvelle mandature, nouveaux espoirs … on peut en faire des actions de protection en 6 ans, si on décide de s’y mettre !

Alexandre et cetaces.org


Actualité

Soutenir le GREC



[an error occurred while processing this directive]